Der 95jährige Ahmed Nacer ist heute im Gefängnis von Settat in Marokko verstorben.

Sein Vergehen: Verletzung der heiligen Werte des Königreichs!!!
Der berreits schwerkranke, an den Rollstuhl gefesselte Mann wurde am 4. September 2007 zu drei (!) Jahren Gefängnis verurteilt.

Die Solidarité Maroc verlangte mehrfach die umgehende Freilassung von Nacer sowie ähnlicher Härtefälle, die auf Grund eines komplett anachronistischen Gesetzes verurteilt wurden, wie beispielsweise der 72jährige Mohamed Bougrine!!! Für Nacer ist es nun zu spät.
Link zur Petition
Siehe auch Repressionswelle gegen linke AktivistInnen

Persönliche Anmerkung: Hat Marokko irgendwie ein Problem mit aufmüpfigen alten Herrn, die ihren Schlapf nicht halten können??? Eigentlich sehr traurig….
Mit den jungen linken Aktivisten gibts ohnehin ein Riesenproblem, das wissen wir eh schon…

Maroc : décès en prison de Ahmed Nasser à 95 ans
Solidarité Maroc 05
15 février 2008

Ahmed Nasser, un homme de 95 ans, est décédé ce matin à la prison de Settat.

Ahmed Nasser a été arrêté le 4 septembre dernier et condamné en appel à 3 ans fermes de prison pour « atteinte aux valeurs sacrées du royaume ».

Une honte pour le pouvoir de ce pays et pour la justice marocaine.

Une occasion pour toutes et tous les démocrates de continuer le combat pour mettre fin à l’Etat de non droit.

———————————-

Solidarité Maroc 05 a déjà à maintes reprises dénoncé la situation inacceptable dans laquelle se trouvait Ahmed Nacer, un vieil homme de plus de 90 ans, en fauteuil roulant, malade physiquement et mentalement, condamné à 3 ans de prison ferme pour « atteinte aux valeurs sacrées », obsession du Maroc moderne….

Solidarité Maroc 05 a demandé à plusieurs reprises aux autorités marocaines de le libérer.

Le gouvernement marocain porte l’entière responsabilité de ce décès survenu dans des conditions inhumaines.

Solidarité Maroc 05
GAP France

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article9269

courtesy of Malika Ramani, see her politically engaged blog
et voici un recit très personel de Samira Kinani